Menu

Tag : Rencontre

Le terme « rencontre » est, finalement, assez difficile à définir car il englobe plusieurs notions qui, bien que différentes, sont très liées entre elles. S’agissant des êtres humains, puisque c’est d’eux qu’il va être question ici, une rencontre est le moment où au moins deux personnes se trouvent en présence l’une de l’autre, soit de manière fortuite, soit de manière attendue. On peut, en effet, rencontrer quelqu’un par hasard, soit une personne que l’on connaît, en la croisant dans la rue par exemple, soit que l’on ne connaît pas, lors d’un dîner chez des amis. Mais la rencontre peut également être prévue, organisée, avec quelqu’un que l’on connaît, à l’occasion d’un rendez-vous professionnel par exemple ou bien en vue de faire connaissance pour, peut-être, si le courant passe bien, s’engager dans une relation amoureuse ou charnelle. C’est à ce dernier cas de figure que nous allons nous intéresser en nous penchant, notamment, sur la rencontre entre deux personnes cherchant à établir une relation sentimentale ou physique, soit par les voies traditionnelles (amis, sorties, hasard etc.) soit grâce à internet par le biais des sites de rencontres.

Rencontrer quelqu’un, lorsqu’il s’agit d’un acte volontaire, implique nécessairement une prise de risque : prendre le risque de décevoir et d’en souffrir, prendre le risque d’être déçu et de faire souffrir l’autre personne. Ce risque, difficilement calculable, est d’autant plus grand que l’on a beaucoup misé sur cette rencontre, que l’on a placé beaucoup (trop ?) d’espoir en elle. En effet, l’enjeu n’est pas le même pour la personne qui y va en se disant « on verra bien ce que ça donne, je n’ai rien à perdre » que pour la personne qui y va (un peu à reculons…) en se disant « il faut vraiment que ça marche, ça doit marcher ». Évidemment, pour ce second type de personne, la déception sera beaucoup plus grande si ça ne se passe pas bien.

Les différents modes de rencontres

Il n’existe, finalement, que deux grandes approches pour faire des rencontres : la rencontre traditionnelle, fortuite ou organisée, et la rencontre en ligne, volontaire et relativement calculée.

La rencontre traditionnelle

Évidemment (heureusement !), la rencontre traditionnelle (celle qui se produit dans les bars, les boîtes de nuit, chez des amis etc.), la seule qu’ont connu les générations nées avant la fin de la Seconde Guerre Mondiale, fonctionne toujours. Ça ne marche pas à tous les coups, bien sûr, et le hasard y joue un rôle important, mais elle a encore de beaux jours devant elle. Ce n’est, cependant, pas toujours le hasard qui la prédétermine car il existe aussi ce que l’on appelle les « rencontres arrangées ». Vous connaissez tous une histoire comme celle-là, soit parce que vous l’avez vous-même vécue, soit parce que quelqu’un de votre entourage l’a vécue : un ou des proche(s) (famille, amis…) ont de la peine (ou culpabilisent…) de vous voir/savoir seul(e) et se mettent en tête d’organiser une rencontre pour vous aider à trouver quelqu’un (oui oui, même si vous n’avez rien demandé !). Bon, soyons honnêtes, la plupart du temps une rencontre arrangée de ce type se solde par un lamentable échec car personne mieux que vous ne peut deviner qui correspond à vos attentes (on a déjà parfois du mal à le savoir soi-même…).

La rencontre en ligne

On en parle encore souvent aujourd’hui en des termes laissant penser qu’il s’agit d’un phénomène récent, et pourtant, ça ne date plus vraiment d’hier la rencontre en ligne. En effet, le premier « vrai » site de rencontres en ligne français qui vit le jour s’appelait « Netclub » et fut mis en ligne en 1997 (aujourd’hui, si vous essayez de vous rendre sur http://www.netclub.com/, vous tomberez sur le site américain Match.com, l’actuel leader mondial de la rencontre en ligne, qui racheta Netclub en 2007 avant de le rediriger en 2009 sur son nom de domaine). Mais même avant ça, en France nous avions déjà le Minitel et ses petites annonces de rencontres coquines (le fameux « Minitel rose ») que l’on pouvait, d’un certain point de vue, déjà qualifier « d’en ligne » (j’entends d’ici les soupirs de nostalgie de certains d’entre vous… ;)).